[info] L'origine du genre Pogona en captivité

Aller en bas

[info] L'origine du genre Pogona en captivité

Message  chiendeprairie le Mer 1 Juin - 20:12

L'origine du genre Pogona en captivité
(O.Lajoie http://www.Pogona-henrylawsoni.fr, 2011)


1.L'histoire du genre Pogona:


*En 1830, ses 1ers individus décrits furent nommés dans le genre Amphibolurus par Wagler (zoologiste allemand) en incluant les Agames australiens à longues queues. Il as inclue alors L'Agama barbata décrit par Cuvier en 1829 (redéfinition d'un nom oublié non validé de Stellio discosomus par Peron en 1807), transformant ainsi sa taxonomie en Amphibolurus barbatus.
barbatus en latin signifie "barbu, portant une barbe"

*En 1919, Sternfeld a décrit l'Amphibolurus barbatus minor

*En 1926, le vitticeps fut ajouté en donnant le nom d'Amphibolurus barbatus vitticeps par Ahl

*En 1933, Loveridge a décrit l'Amphibolurus barbatus minimus

*En 1952, Glauert a décrit l'Amphibolurus barbatus microlepidotus

*En, 1976, l'herpétologiste australienne Judith Badham différencie les Amphibolurus barbatus sp. et décrit alors :
l'Amphibolurus minimus
l'Amphibolurus microlepidotus
l'Amphibolurus minor avec en sous-espèce l'Amphibolurus minor mitchelli (et donc différencie le minimus du minor), nom donné par rapport au conservateur Francis John Mitchell.
Elle a décrit à cette même époque l'Amphibolurus nullarbor

*En 1982, Glen Storr, du Muséum australien de l'ouest, as décrit plusieurs espèces d'Amphibolures en tant que genre Pogona.
Le nom du genre Pogona est alors proposé. Pogon (ou pôgôn, πώγων, ωνος (ὁ) cf wiktionary) en grec ancien signifie "barbe" pour un animal
les noms de Pogona barbata, Pogona microlepidota, Pogona minor, Pogona minima, Pogona minor mitchelli, Pogona nullarbor et Pogona vitticeps ont alors vu le jour. Le latin a suivi la conjugaison et Amphibolurus barbatus, Amphibolurus minimus et Amphibolurus microlepidotus sont devenus Pogona barbata, Pogona minima et Pogona microlepidota.

*En 1985, Wells et Wellington donna le nom du petit Pogona trouvé en Queensland: le Pogona henrylawsoni
Ce dernier connu pas mal de turbulence vis à vis du taxon à donner: Pogona henrylawsoni, Pogona rankini, Pogona brevis...
En voici les raisons par un résumé d'une des personnes les plus à même en en parler: Richard Wells
R.Wells précisa qu'en 1978 il recherchait des infos sur la taxonomie des espèces australiennes, certains individus prélevés dans le Queensland lui ont été données par l'herpétologiste Grant Husband afin de l'aider dans leur identification.
A cette période les Dragons nains des terres noires étaient peu connus des herpétologistes et leur existence n'était pas vraiment établie.
Du coup peu d'herpétologistes amateurs n'ont chercher autre chose que le Dragon barbu commun, le minor étant considéré à l'époque comme la forme naine ou encore le minima avec en 1976 la découverte de l'Amphibolurus barbatus minimus et minor.
Travaillant à l'Australian Museum et s'intéressant aux petites espèces, R.Wells voulu donné, à l'espèce, le nom du Dr Allen E.Greer, conservateur et chercheur scientifique de l'Australian Museum mais ce dernier déclina avec modestie.
Vers la fin 78, R.Wells proposa alors de donner le nom Amphibolurus dumpyi car son nom commun était Dumpy Dragon (Le dragon trapu) dû à son apparence.
Mais lorsque ce dernier avait presque fini ses conclusions, son ami et collègue Peter Rankin décède. Pour lui rendre hommage, R.Wells décida de changer le nom en Amphibolurus rankini. L'espèce étant très différente de certains Amphibolures, l'édition en nouveau genre/espèces au niveau des Amphibolures fut conclue oar R.Wells du fait des différences évidentes de l'espèce.
Mais le nom d'Amphibolurus rankin fut filtré au sein de la communauté des herpétologistes alors qu'il n'a jamais été officiellement validé.
Suite à cela, R.Wells insiste en le décrivant de nomen nudum :nom scientifique non publié (avant description valide de l'espèce) et de ce fait le nom Rankin dans l'espèce ne doit pas de nos jours être utilisé.
Reportant alors à cette époque ses conclusions sur l'espèce, celles-ci furent une nouvelle fois repoussées par les mêmes conclusions, de Glen Storr du Western Australian Museum, d'éditer un nouveau genre, ce qu'il proposa sous le nom de Pogona en 1982.
En 1983, R.Wells avait préparé la description finale de ces types de Dragon nain, mais remarqua pour un spécimen qu'une autre espèce serait en cause parmi ses Dragons nains en sa possession. Hors l'accès aux collections qui ont permis la publication la synthèse de la classe des reptiles en Australie ("Synopsis of the Class Reptilia in Australia") lui fut refusé en mars 1984.
En Septembre 1985 il a inclue, dans un papier de classification, une brève description de l'espèce en tant que Pogona henrylawsoni afin d'avoir enfin l'espèce décrite.
Finalement, dans les années qui suivent, un débat fut rage contre les descriptions de R.Wells. Certains pensaient que ses travaux et publications seraient supprimés par la commission internationale de la nomenclature zoologique. De ce fait certains ont donnés un nouveau noms à l'espèce en espérant que la description précédente serait supprimés (ce que nomme R.Wells comme pirates intellectuels). Mais il n'en fut rien et ces noms ne sont tout simplement que des synonymes comme par exemple le Pogona brevis par Witten en 1994
Pour le nom commun, R.Wells donne en noms acceptables: Lawson's Dragon (Dragon de Lawson), Plains Bearded Dragon (le Dragon barbu des plaines), Dwarf Bearded Dragon (le Dragon barbu nain), ou encore Dumpy Dragon (le Dragon trapu) mais pas Rankin's Dragon (Dragon de Rankin) même s'il aurait aimé que ça soit le cas.
Quant au spécimen lié à l'henrylawsoni mais qui n'a pas été formellement décrite et doute que les herpétologistes australiens en connaissent l'existence. (hybride Pogona henrylawsoni X Pogona vitticeps? pas de réponse à ce jour)

*En 1988, Wilson et Knowles a décrit dans ce nouveau genre le Pogona minima en tant que sous-espèces du Pogona minor soit le Pogona minor minima.

Beaucoup d'herpétologistes ne sont pas d'accord en ce qui concerne les sous-espèces du Pogona minor. Certains distinguent bien le Pogona minima du Pogona minor et d'autres veulent l'inclure en tant que sous-espèce. Il en est parfois de même pour le Pogona mitchelli.
Néanmoins le Pogona mitchelli est plus à même d'être considéré comme sous-espèce puisque ce dernier partage également une zone de répartition ou des intégrades (hybride en milieu naturel) seraient présents (MANTHEY & SCHUSTER 1999, MÜLLER 2002). Ce qui est loin d'être le cas pour le minima. Pogona minima est décrit à nouveau espèce à part entière notamment par Cogger en 2000 (Reptiles and Amphibians of Australia, 6th ed. Ralph Curtis Publishing, Sanibel Island)



2.L'arrivée du Pogona en captivité:


*Le Pogona vitticeps est bien entendu l'espèce la plus représentée dans le monde. L'origine des 1ers imports m'est inconnu. Dans les années fin 70 et début 80 beaucoup de Pogona vitticeps ont été importés en grand nombre. Par exemple, M.Bob Mailloux, du Sandfire ranch, a débuté l'élevage du Pogona vitticeps en 1982 avant de sortir vers 1993 les 1ers spécimens au corps orangé et l'apparition des phases, tel que son Sandfire.


interview ReptilesTV

*Le Pogona Henrylawsoni a été (re)découvert très peu de temps après puis renommé Pogona henrylawsoni par Wells & Wellington en 1985.
ce Pogona avait déjà été découvert en 78 (cf histoire du genre Pogona)
Le Pogona henrylawsoni quand à lui est la seconde espèce représentée en captivité. Elle n'est pas présente encore partout dans le monde mais un boom de son élevage est arrivé depuis 2 ans. Aujourd'hui plus on dépasse largement la centaine d'éleveurs rien qu'en Allemagne.
Pourquoi aborder l'Allemagne, car l'élevage en captivité provient de ce pays. Vers le début des années 80, 1982, une paire aurait été importés illégalement puis placer chez un biologiste de l'Exoterarium de Francfort, Rudolf Wicker. La femelle menacée de mort, par un mal être et une possible rétention d'oeuf. Il l'ai pris et a réussit à éviter cela avec à la clef une ponte de 24 oeufs donnant naissance à 22 bébés. Au fil des années, il engendra plus de 300 jeunes (moyenne de 20 oeufs par ponte) et l'Allemagne connu alors le début du développement de l'espèce. Certains individus sont partis en Amérique. On ne peut dire aujourd'hui si c'est la seule lignée qui est la seule source du développement de nos jours, mais avec le temps on a pu voir des malformations de la queue très fréquents qui tends de nos jours à s'atténuer voir à disparaitre.
La lignée unique voir peu de lignée différente pourrait expliquer ce phénomène.

*Le Pogona (minor) mitchelli est sans nul doute la troisième espèce disponible sur le marché. L'origine des premiers spécimens importés m'est inconnue. Néanmoins, au vue des données que je récolte sur la généalogie en captivité, on peut penser que les spécimens ont été importés juste avant l'interdiction (ou juste après) et ont été élevés par des biologistes-herpétologistes de renom allemands se situant dans la région de Francfort. Plusieurs lignées avec certains individus sauvages seraient le point de départ de l'arbre généalogique en captivité dans les années 70-80. Malgré cela, le mitchelli a du mal à se développer. Le nombre d'oeuf maximum pourrait expliquer ceci (16 oeufs maxi en captivité connu). Néanmoins certains éleveurs ont permis de garder l'espèce en captivité. En 2009, je fut le seul français à obtenir un spécimen mâle nc2008. Aujourd'hui nous sommes sur notre secteur 3: Fabien T.(Dragon-folie), James P.(la tortue) et moi-même (Olivier L. - chiendeprairie) à compter pas moins de 14 individus de différentes provenance. Cela ne peut être que bénéfique pour l'avenir.
Le nombre d'éleveur allemand + hollandais avait fait un bon dans les années 2000 mais il a diminué récemment. Le nombre de jeunes réduits, le manque d'infos sur l'identité des autres éleveurs et le manque de contacts en sont les facteurs principaux. C'est pourquoi je fais beaucoup de recherche actuellement afin de contacter d'anciens et nouveaux éleveurs.
Comme vous pouvez le découvrir sur ce document EXCLUSIF, le nombre d'éleveur est restreint et la cession d'animaux ne se fait généralement que par connaissance. Il sera donc très rare d'en trouver disponible sur une table de bourse.


*Le Pogona (minor) minor est lui aussi une semi légende. Néanmoins j'ai déjà vu la confirmation que quelqu'un en possédait mais n'a pas eu de succès. Ces derniers ont aussi été maintenus par des biologistes allemands de renom, souvent les mêmes. Malgré ça, on sait que vis à vis du Pogona mitchelli, les pontes sont aussi peu élevée, ce qui pourrait expliquer son non développement. Récemment, un contact m'a informé que le Pogona mitchelli a eu du mal à se développer car une lignée hollandaise eu beaucoup de soucis avec la coccidie et des défauts génétique dans le passé. Serait-ce le même cas? la dernière info est qu'il reviendrai apparemment dans un futur proche, le peu d'éleveur réussissant pour le moment à maintenir l'espèce et à la développer en petite quantité, mais jusqu'à quand????

*Le Pogona barbata reste pour le moment la légende en captivité. Il est certains qu'il fut présent en captivité comme les autres chez des biologistes allemands et hollandais de renom. Ses pontes allant jusqu'à une trentain d'oeufs, je suis le premier surpris qu'il ne s'est pas développé. En effet Grâce à la littérature allemande, j'ai pu comptabiliser un nombre "connu" de 14 individus se reproduisant avec succès allant jusqu'à 32 oeufs. Où sont-ils passés? Où sont les jeunes? Pourquoi ne s'est-il pas développé? tant de questions qui restent à découvrir.

*Le Pogona nullarbor aurait été maintenus chez nos amis allemands, par 2 ou 3 éleveurs mais uniquement des mâles! Ils n'ont jamais réussi à obtenir de femelle, ce qui sonna l'arrêt avant l'heure du développement en captivité.

*Le Pogona minima et le Pogona microlepidota n'ont jamais été maintenus à ma connaissance, et selon la littérature, en captivité.


Enfin en Australie, les Pogona vitticeps, barbata, henrylawsoni, mitchelli, minor (et peu être le minima) sont maintenus en captivité suivant les régions-Etats et licences.



Références:

Sources internet:

http://www.bartagameonline.de/
http://reptilesdownunder.org/arod/reptilia/Squamata/Agamidae/Pogona
http://reptile-database.reptarium.cz/search.php?submit=Search&genus=Pogona
Interview Bob Mailloux, SandFire Ranch par ReptilesTV cf http://www.reptilestv.com et http://www.sandfiredragonranch.com
O.Lajoie, http://www.pogona-henrylawsoni.fr/, 2011
wiktionary pour définition du mot "Pogon"

sources littéraires:

Cuvier, G. J. L. N. F. D. 1829. Le Règne Animal Distribué, d'après son Organisation, pour servir de base à l'Histoire naturelle des Animaux et d'introduction à l'Anatomie Comparée. Nouvelle Edition [seconde édition]. Vol. 2. Les Reptiles. Déterville, Paris, i-xvi, 1-406

Duméril, A. M. C. and G. Bibron. 1837. Herpétologie Générale ou Histoire Naturelle Complète des Reptiles. Vol. 4. Libr. Encyclopédique Roret, Paris, 570 pp.

Boulenger, G.A. 1885. Catalogue of the Lizards in the British Museum (Nat. Hist.) I. Geckonidae, Eublepharidae, Uroplatidae, Pygopodidae, Agamidae. London: 450 pp.

Sternfeld, R. 1919. Neue Schlangen und Echsen aus Zentralaustralien. Senckenbergiana 1: 76-83

Kinghorn, J. Roy 1924. Reptiles and batrachians from south and south-west Australia Records of the Australian Museum 14 (3): 163-183

Ahl,E. 1926. Neue Eidechsen und Amphibien. Zool. Anz. 67: 186-192

Loveridge, A. 1933. New agamid lizards of the genera Amphibolurus and Physignathus from Australia. Proc. New. Engl. Zool. Club 13: 69-72

Glauert, L. 1952. Herpetological miscellanea. l. Notes of some forms of Diplodactylus. Some new western Australian lizards. Western Australian Naturalist 3: 166—168

Mertens, R. 1967. Die herpetologische Sektion des Natur-Museums und Forschungs-Institutes Senckenberg in Frankfurt am Main nebst einem Verzeichnis ihrer Typen. Senckenbergiana Biologica 48: 1-106

Badham, J. A. (1976): The Amphibolurus barbata species group (Lacertilia: Agamidae). Australian Journal of Zoology, 24(3):423- 443.

Zwinenberg, A.J. 1980. Die Bartagame Amhibolurus barbatus. Herpetofauna 2 ( 8 ): 8-11

Storr, G. M. (1982): Revision of the bearded dragons (Lacertilia: Agamidae) of Western Australia with notes on the dismemberment of the genus Amphibolorus, Records of the Western Australian Museum, 10 (2): 199-214.

Richard Wells & C. R. Wellington (1983): A synopsis of the class Reptilia in Australia, Australian Journal of Herpetology, 1 (3-4): 73-129.

Richard. Wells & C. R. Wellington (1985): A classification of the Amphibia and Reptilia of Australia, Australian Journal of Herpetology, Supplementary Series No. 1:1-61.

Wilson, Stephen K. Knowles, David G. 1988. Australia's Reptiles: A Photographic Reference to the Terrestrial Reptiles of Australia. Cornstalk Publishing, Pymble, NSW, 447 pp.

Witten G J. Coventry A J. 1990. Small Pogona-vitticeps Reptilia Agamidae from the big desert Victoria Australia with notes on other Pogona populations. Royal Society of Victoria proceedings 102 (2): 117-120

Witten G J 1994. Taxonomy of Pogona (Reptilia: Lacertilia: Agamidae). Memoirs of the Queensland Museum 37(1): 329-343

Shea G M. 1995. The holotype and additional records of Pogona henrylawsoni Wells and Wellington, 1985. Memoirs of the Queensland Museum 38 (2): 574.
McAlpin, Steve 1995. Notes on the central bearded dragon Pogona vitticeps in Central Australia Monitor: Journal of the Victorian Herpetological Society Inc. 6 (3): 111-115

Hauschild, A. & Bosch, H. 1997. Bartagamen und Kragenechsen. Natur und Tier Verlag (Münster), 95 pp. [review in Draco 5 (22): 87]
+ sa version Française: Les Agames barbus et lézards à collerette.

Aresté, M.;Farriols, J. L. 1998. Pogona vitticeps Inland Bearded Dragon (Ahl, 1926) Reptilia (GB) (2): 39-42

Manthey,U. & SCHUSTER,N. 1999. Agamen, 2. Aufl. Natur und Tier Verlag (Münster), 120 pp.
Shea, Glenn M; Sadlier, Ross A 1999. A catalogue of the non-fossil amphibian and reptile type specimens in the collection of the Australian Museum: types currently, previously and purportedly present. TECHNICAL REPORTS OF THE AUSTRALIAN MUSEUM 15, 1999: 1-91

Cogger, H.G. (2000): Reptiles and Amphibians of Australia, 6th ed. Ralph Curtis Publishing, Sanibel Island, 808pp
Macey, J. R., J. A. Schulte II, A. Larson, N. B. Ananjeva, Y. Wang, R. Pethiyagoda, N. Rastegar-Pouy 2000. Evaluating trans-Tethys migration: an example using acrodont lizard phylogenetics. Syst. Biol. 49 (2): 233-256
Greenbaum, E. 2000. Herpetofaunal observations in disparate habitats in south Sustralia, New South Wales, and queensland, Australia. Herpetological Bulletin (72): 6-16

Shea, G. M. 2001. An overlooked senior synonym of Pogona barbata (Curvier, 1829) (Squamata: Agamidae). Amphibia-Reptilia 22 (1): 124-127

Müller, Peter Maria 2002. Die Bartagame. Kirschner und Seufer Verlag, Keltern-Weiler, 78 pp. [reviews in Elaphe 23 (2): 23, and Draco 5 (22): 88]
Bonetti, Mathilde 2002. 100 Sauri. Mondadori (Milano), 192 pp.

Palika, Liz 2003. Leben mit Bartagamen. Natur und Tier Verlag (Münster), 206 S. [review in Draco 5 (22): 84]

Hauschild, A. 2004. Die Bartagame, Pogona henrylawsoni. Natur und Tier Verlag (Münster), 64 pp.

Escoriza Boj, D. 2005. Australia. Reptiles and Amphibians, Part 1: Rainforest. Reptilia (GB) (40): 70-75
Schmida, G. 2005. Betrachtungen zu ostaustralischen Bartagamen. Draco 5 (22): 46-53
Fry, Bryan G.; Nicolas Vidal; Janette A. Norman; Freek J. Vonk; Holger Scheib; S. F. Ryan Ramjan; Sa 2005. Early evolution of the venom system in lizards and snakes. Nature 439:584-588 [2006]
Müller, P.M. 2005. Bartagamen - die Gattung Pogona (STORR, 1982). Draco 5 (22): 4-19
Klarsfeld, J.D. & Diaz-Figueroa, O. 2005. Pogona henrylawsoni - Ecology, Medical findings, Captive Maintenance, and Breeding of the Lawson’s Dragon. Reptilia (GB) (38): 30-37
Ruf, D. 2005. Erfahrungen bei der Pflege und Vermehrung von Lawsons Zwergbartagame (Pogona henrylawsoni WELSS & WELLINGTON 1985). Draco 5 (22): 54-62
Pianka, E.R. 2005. Zur Ökologie und Naturgeschichte der Zwergbartagame (Pogona minor) in der Great Victoria Desert (Australien). Draco 5 (22): 63-66
Schuster, N. 2005. Haltung und Vermehrung von Mitchells Bartagame, Pogona mitchelli (BADHAM 1976). Draco 5 (22): 67-73
AMER, SAYED A. M. & YOSHINORI KUMAZAWA 2005. Mitochondrial DNA sequences of the Afro-Arabian spiny-tailed lizards (genus Uromastyx; family Agamidae): phylogenetic analyses and evolution of gene arrangements. Biological Journal of the Linnean Society; 85 (2): 247
Ezaz, Tariq; Quinn, Alexander E.; Miura, Ikuo; Sarre, Stephen D.; Georges, Arthur; Graves, Jennifer 2005. The dragon lizard Pogona vitticeps has ZZ/ZW micro-sex chromosomes. Chromosome Research 13:763-776.
Hallmen, M. 2005. Farb- und Zeichnungszuchten in der Terraristik. Reptilia (Münster) 10 (5): 16-22
Müller, P.M. & Kohlmeyer, R. 2005. Bartagamen-FAQ (Frequently Asked Questions). Draco 5 (22): 28-37
Schmida, G. 2005. Betrachtungen zu ostaustralischen Bartagamen. Draco 5 (22): 46-53
Fritz, P. 2005. Haltung der Streifenköpfigen Bartagame Pogona vitticeps. Iguana-Rundschreiben 18 (2): 9-14
Wilms, T. & Grießhammer, K. 2005. Grundlagen der Haltung von Pogona vitticeps. Draco 5 (22): 20-27

Hörenberg, T. 2006. Mitchells Bartagame. Terraria 1 (1): 36-43
Hallmen, M. 2006. Selective Breeding for color and pattern. Reptilia (GB) (44): 12-18
Schuster, U. & Schuster, N. 2006. Langschläfer. Iguana-Rundschreiben 19 (2): 11

Dieckmann, M. 2007. Die Zwergbartagame, Pogona henrylawsoni. Natur und Tier Verlag (Münster), 64 pp.
Dieckmann, M. 2007. FAQ - Pogona henrylawsoni. Reptilia (Münster) 12 (6): 90-92
Hoekstra, M. 2007. Baardagaam & rugstreeppad: Australische reptielen niet bestand tegen Europees paddengif. Lacerta 65 (2): 68-73
Quinn, Alexander E.; Arthur Georges, Stephen D. Sarre, Fiorenzo Guarino, Tariq Ezaz, and Jennifer A. 2007. Temperature Sex Reversal Implies Sex Gene Dosage in a Reptile. Science 316: 411
Schaerlaeken, Vicky; Jay J. Meyers and Anthony Herrel 2007. Modulation of prey capture kinematics and the role of lingual sensory feedback in the lizard Pogona vitticeps. Zoology 110 (2): 127-138
ter Borg, J. 2007. Paniek bij de baardagamen (Pogona vitticeps). Lacerta 65 (5): 218

Lutzmann, N.; Fritz, P. & Wiechert, J. 2008. Eine aussergewöhnliche Anomalie bei einer weiblichen Bartagame, Pogona vitticeps (AHL 1926) (Sauria: Agamidae). Sauria 30 (2): 47-49

Palika, Liz 2009. Leben mit Bartagamen, 8. Aufl. Natur und Tier Verlag (Münster), 206 pp.
Freynik, Christian 2009. Die Zwerg-Bartagame. Vivaria Verlag, 64 pp.
Ezaz, T. et al. 2009. Sex Chromosome Evolution in Lizards: Independent Origins and Rapid Transitions. Cytogenet Genome Res 127: 249-260

Müller, P.M. 2010. Bartagamen. Die Gattung Pogona. Artgerechte Haltung, Pflege und Zucht. Natur und Tier Verlag, 167 pp


Dernière édition par chiendeprairie le Lun 13 Juin - 14:46, édité 17 fois

_________________
plus nous sommes nombreux et plus notre savoir est grand... mais nos anneries aussi
Henrylawsoni avant? oui. Henrylawsoni encore? oui oui. Henrylawsoni toujours? oui oui oui! Morale: henrylawsoni = oui ? :p
avatar
chiendeprairie
Admin général
Admin général

Age : 36 Localisation : Nord-Pas-De-Calais
Date d'inscription : 18/03/2011
Messages : 1181

http://www.pogona-henrylawsoni.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [info] L'origine du genre Pogona en captivité

Message  chiendeprairie le Ven 10 Juin - 10:29

Après 10j, voici enfin ce bel article sur le genre Pogona

Wink

_________________
plus nous sommes nombreux et plus notre savoir est grand... mais nos anneries aussi
Henrylawsoni avant? oui. Henrylawsoni encore? oui oui. Henrylawsoni toujours? oui oui oui! Morale: henrylawsoni = oui ? :p
avatar
chiendeprairie
Admin général
Admin général

Age : 36 Localisation : Nord-Pas-De-Calais
Date d'inscription : 18/03/2011
Messages : 1181

http://www.pogona-henrylawsoni.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [info] L'origine du genre Pogona en captivité

Message  capitainecaverne le Ven 10 Juin - 10:56

Confirmation, riche et très intéressant article study study study
avatar
capitainecaverne
Eleveur capacitaire Uromastyx
Eleveur capacitaire Uromastyx

Age : 47 Localisation : Originaire de ch'Nord
Date d'inscription : 05/04/2011
Messages : 1249

http://www.artesianreptil.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [info] L'origine du genre Pogona en captivité

Message  la tortue le Ven 10 Juin - 12:58

Alors la bravo
La les gars y a du boulot
Merci Olivier
avatar
la tortue
Admin
Admin

Localisation : NORD
Date d'inscription : 21/03/2011
Messages : 372

Revenir en haut Aller en bas

re

Message  Dragon-folie le Ven 10 Juin - 18:57

ca cest de l'article super bien fait

_________________
avatar
Dragon-folie
Admin
Admin

Age : 41 Localisation : nord (lille)
Date d'inscription : 18/03/2011
Messages : 293

http://dragon-folie.e-monsite.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [info] L'origine du genre Pogona en captivité

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum